AGENCE POUR LA PROMOTION DE PRODUITS ET SERVICES DURABLES
   Accueil      Énergie solaire






MAISON SOLAIRE

Une maison solaire est une maison qui produit une partie de son énergie à partir du soleil. Elle n'est généralement pas autonome, car pour le pouvoir, elle a besoin d'autres sources d'énergie : voir section MAISONS AUTONOMES ci-dessous

Il y a deux types de panneaux solaires pour les habitations :

1. Les panneaux solaires photovoltaïques qui produisent de l'électricité à partir de la lumière du soleil.
2. Les panneaux solaires thermiques qui produisent de l'eau chaude à partir de la chaleur du soleil.

Le Complexe Solaire Eco-Sports de Piedmont construit par le fondateur de ILAND. Ce complexe créé dans les Laurentides et unique en Amérique du Nord produit toute son électricité grâce à la lumière du soleil.



L'utilisation de l'énergie solaire est une évidence qui ne peut plus être évitée de nos jours, car elle apporte des réponses concrètes aux questions suivantes :

  • l'économie financière. Toute l'énergie solaire qui n'est pas consommé par le réseau électrique et produite par soi-même est gratuite!
  • l'économie énergétique. Même si le Québec est pourvu de centrales hydro-électriques, toute l'énergie qui n'est pas consommée est économisée. Surtout que la demande en électricité est en forte progression, notamment pour la transition énergétique vers un monde sans émissions de gaz à effet de serre.
  • Quoi de plus naturel que d'utiliser une énergie naturelle comme le soleil, surtout ici au Québec qui, malgré le froid hivernal, possède plus d'ensoleillement que la moyenne européenne!

MAISONS AUTONOMES

Une maison autonome est une maison qui ne dépend pas du réseau électrique pour son alimentation en énergie. En général, le propriétaire de ce type de maison, ne recherche pas une seule source d'énergie en lieu et place de l'électricité du réseau électrique, mais plutôt plusieurs sources d'énergies renouvelables telle que l'énergie solaire, le bois ou l'air.


Quels sont les avantages d'avoir une maison autonome ?

Le premier avantage est de ne pas dépendre d'un réseau électrique, ce qui permet de construire dans des endroits où l'électricité n'est pas distribuée. Aujourd'hui on voit également des gens qui recherchent une indépendance vis-à-vis du réseau électrique et des pannes. Certaines personnes sont également sensibles aux économie d'énergie, car nous consommons toujours plus et même si de l'électricité est en abondance au Québec, la croissance de la consommation ne peut pas être infinie. C'est une prise de conscience pour l'ensemble de la société. Finalement, avoir une maison autonome est un mode de vie. Gérer sa consommation d'énergie, veiller au fonctionnement de sa maison, donner une "personnalité" au lieu où l'on habite est de plus en plus un mode de vie responsable face à l'impact écologique généré par notre conquête de terres constructibles. On recherche un mode de vie responsable.

Qu'elles sont les composantes d'une maison autonome ?

Pour commencer à faire une bonne maison autonome solaire, il faut avant toute chose une bonne enveloppe du bâtiment, c'est à dire une maison construite de manière à ce qu'elle consomme un minimum d'énergie. Il est simple à comprendre que l'énergie la moins chère, c'est celle qui ne se perd pas! Moins chauffer en hiver et moins refroidir en été est un gage de réussite d'une maison autonome. Cet aspect est rendu possible, grâce au constructions des maisons certifiées LEED - argent, or et même platine.




Ensuite, la démarche doit répondre à l'intérêt du client et surtout à son envie de s'impliquer dans le fonctionnement de sa maison. Même si la maison n'est pas un être vivant, vivre dans une maison 100 % autonome ou partiellement autonome est une démarche parfois particulière, raison pour laquelle nous avons développé des maisons 60 %, 80 % ou 100 % autonomes reliées ou non au réseau électrique.


Une maison 60% autonome en énergie est une maison qui produit une grosse partie de son énergie grâce aux énergies renouvelables - notamment solaire. Elle permet à l’usager de pousser la réduction de sa consommation énergétique le plus loin possible. C’est une « maison défi », mais qui, grâce à sa connexion au réseau électrique permet de gérer les "risques" en cas d'absence tel que les grands froids avec des solutions électriques adaptées. Une maison 80% autonome est une maison qui permet de produire presque intégralement son énergie consommée et une maison 100 % autonome permet de produire toute son énergie consommée et théoriquement permettrait de se passer du réseau électrique. Néanmoins et surtout pour assurer le confort de l’usager, on conserve un système de secours connecté au réseau électrique en cas de grandes amplitudes thermiques, notamment en plein hiver, surtout pour les propriétaires de chalets qui ne souhaitent pas mettre hors gel leur maison à cette saison. Pour la maison 100 % autonome et non reliée au réseau électrique, c’est un défi encore plus important, même le système de secours est autonome. Cette maison demande à l’utilisateur un suivi plus régulier. Connaître sa maison autonome et s’adapter à ses exigences est primordial. Par exemple si les températures sont tout d'un coup plus clémentes en saison froide, il peut arriver qu'un réglage ponctuel s'impose pour réduire les consommations d'énergie, même si aujourd'hui grâce aux applications connectées, tout devient plus facile, même à distance!


En théorie, la maison possède un mélange de systèmes de production d'énergie qui se combinent entre eux pour former un ensemble qui se complète en fonction de l'environnement et la   zone climatique du site de construction. Pour cette raison, il n'est pas possible d'avoir un seul concept applicable à toute maisons, plusieurs variables viendront se combiner lors de chaque construction, afin de pouvoir trouver la meilleure solution possible pour chaque projet. Néanmoins et de manière générale, on peut énumérer les éléments suivants qui composent une maison solaire :


1. Une enveloppe thermique :   cette composante est un gage de qualité, mais surtout un atout pour la réduction des coûts d'énergie, car ce type de maison n'échange que peut d'énergie avec l'extérieur et donc chauffer ce type de maison devient beaucoup plus facile. Dans ce cas de figure, on parle de couper tous les ponts de froid de la structure, d'éviter les infiltrations d'air, d'opter pour des fenêtres à triple vitrage qui réduisent les déperditions d'énergie, de construire des murs de résistance thermique d'au moins R-40, des planchers R-60 et des plafonds R-70. Comme on le verra ci-dessous, la qualité thermique de l'enveloppe permet de réduire les déperditions thermiques autant en hiver qu'en été. 




2. Des panneaux solaires photovoltaïques : ces panneaux captent la lumière du soleil pour en faire de l'électricité qui sera injectée dans le réseau électrique ou stockées dans des systèmes de batteries.


3. Des unités de stockage de l'énergie ILAND BIGBOX : ces unités stockent l'électricité produite par les panneaux solaires dans des batteries et la transforme en 110V exploitable par le réseau interne de la maison.


4. Des panneaux solaires thermiques ou chauffe-eau : ces panneaux solaires captent la chaleur du soleil pour chauffer du glycol qui circule à l'intérieur du panneau. Le serpentin de glycol en circuit fermé passe dans un ballon qui contient de l'eau, qui se chauffe au contact du serpentin chaud. L'eau du ballon servira ainsi à l'eau chaude de la cuisine et des salles de bain. Le glycol chaud peut également être récupéré dans un chauffage de sol.


5. Des panneaux solaires thermiques ou chauffe-air : c'est un type de panneau solaire qui permet de capter la chaleur du soleil pour chauffer l'air qui passe dans le panneau. L'air chaud est ensuite injectée directement dans la maison par le système de ventilation.


6. Une ventilation double-flux permet de prendre de l'air de l'extérieur et de la réchauffer avec l'air intérieur qui est expulsée lors du renouvellement d'air de la maison. Cet un échangeur d'air performant qui renouvèlera l'air de la maison tout en évitant de réduire la température interne de la maison.


7. Un puits canadien : le puits provençal est une invention de l'époque romaine déjà et qui permet de capter de l'air tempéré sous terre, grâce à un simple tube creusé dans le sol autour de la maison. La température sous terre à 10-15 pieds est généralement stabilisée autour des 10-15°C. L'air ainsi aspiré dans la maison est déjà chaud en hiver et en passant par le VRC permet d'économiser beaucoup de frais de chauffage.


8. Un poêle à bois ou granules : ce système est installé dans la maison, soit au séjour comme élément d'ornement ou soit dans le sous-sol comme système principal. Ce poêle peut être équipé de récupérateurs de chaleur qui eux-mêmes sont reliés aux panneaux solaires thermiques. Cet ensemble permet la nuit ou lors de périodes de pluie, de produire de la chaleur en lieu et place des panneaux solaires.



9. Des plinthes chauffantes à eau chaude : ces plinthes sont similaires à celles connues du marché, mais actuellement, de nouvelles solutions sont développées et consomment cinq fois moins d'énergie que les traditionnelles. Elles peuvent donc aisément être utilisées avec des panneaux solaires photovoltaïques. Des plinthes du même type ont également été développées pour recevoir le glycol chaud provenant des panneaux solaires thermiques, évitant ainsi la transformation de l'énergie électrique en énergie thermique qui est très coûteuse en électricité.

10. D'autres solutions comme la géothermie, le butane, la biomasse peuvent encore être utilisées dans une maison solaire comme appoint au système principal et ceci en fonction des besoins en énergie de la maison et du mode de vie de l'utilisateur qui avant tout doit habiter dans une maison qui lui procure du confort sans devoir demander trop d'efforts pour sa manutention.


Quel est le processus pour transformer une maison régulière en maison autonome?

Dans le premier point ci-dessus relatif à la construction d'une bonne autonome, nous avons noté le besoin d'avoir une maison qui possède une enveloppe thermique de qualité. Sans ce préliminaire, il est certes possible de faire une maison autonome, mais les moyens pour y arriver seront tellement importants qu'ils vont coûter dix fois le prix qu'ils coûteraient dans une maison bien isolée. Par exemple, il faudrait des surfaces de panneaux solaires qui seraient supérieures à la surface de toit disponible. Il faudrait donc installer des panneaux solaires sur une surface de terrain prévu à cet effet, multiplier les accumulateurs d'énergie, ainsi que renforcer le système de distribution d'électricité avec la maison. Ce sont trop de coûts pour peu de résultats. L'idéal est donc d'avoir une maison certifiée LEED, car elle répond d'entrée à toutes les exigences de base. De plus, grâce à la construction modulaire fabriquée en usine, il n'y a plus de coûts supplémentaires pour de telles constructions. L'efficacité de la production en usine permet un maintien des coûts au prix du marché.



Des questions ? Des besoins spéciaux ? Contactez-nous...